Skip to main content

Bienvenue chez Hansa France ! Nous avons un certain nombre de bureaux dans le monde entier. Si nous avons mal défini votre localisation, veuillez choisir parmi les options suivantes.

Un illustre modèle tire sa révérence

Affectueusement baptisé « Chuck and Duck » (c’est-à-dire, en français, balance tout et baisse-toi) en raison de son fonctionnement parfois imprévisible, le doyen de tous les broyeurs Hansa a rendu de bons et loyaux services à John Biesebroek, son fier propriétaire.

Il l’avait acheté d’occasion en 1990. Depuis, il utilisait ce modèle vintage pour transformer ses déchets végétaux en copeaux et en paillis dans une région au nord d’Auckland.

John utilisait fréquemment son Chuck and Duck pour entretenir son allée de 440 mètres… Le broyeur lui permettait de déblayer les débris et branches tombés au sol. Il faut dire que le terrain de 3 200 ares entourant sa maison est peuplé d’arbres endémiques.

Lorsqu’on lui demande combien d’arbres ont été broyés par le Chuck and Duck, John répond simplement « un sacré paquet » ! La propriété réclame un entretien régulier. Les tempêtes peuvent entraîner d’importants dégâts. Il est important de supprimer les arbres morts aux abords de l’allée car ils représentent un réel danger. Le Chuck and Duck a finalement tiré sa révérence l’année dernière, après une dernière visite chez Hansa Chippers pour son entretien. John aurait bien voulu continuer à l’utiliser en raison de sa valeur sentimentale. Les équipes ont été sidérées par cette « antiquité », et ont proposé à John de l’échanger contre un nouveau modèle C21.

Jusque-là, John ignorait que son broyeur était surnommé le « Chuck and Duck », mais il a trouvé que ce surnom lui allait parfaitement. « Même si le « Chuck and Duck » était super, il porte effectivement bien son nom. Il faut avoir une certaine expérience pour l’utiliser. Parfois, en mettant le bois dans la machine, nous avons évité le drame de justesse. Nous ne savions jamais quand le broyeur allait faire des siennes et projeter un morceau de bois. Plus sûr, le C21 est largement suffisant pour nos besoins, et nous sommes très contents de ce broyeur. »

John s’amuse à comparer les deux machines : « Nous étions très contents de pouvoir compter sur le broyeur original, car nous avions beaucoup de travail et nous n’avons jamais été déçus. Mais la nouvelle version est incontestablement supérieure. Le C21 est plus efficace, plus rapide et très performant. »

« J’apprécie tout particulièrement le fait qu’il soit tractable. C’est un véritable atout lorsque vous souhaitez le déplacer : vous n’êtes pas limité. Et bien sûr, la sécurité. Plus besoin d’esquiver les éventuels déchets éjectés de la trémie ! J’utilise les broyeurs Hansa depuis plus de 25 ans et je suis ravi de voir les améliorations apportées aux machines. »

Hansa se réjouit que John donne une seconde vie au broyat. L’entreprise est très attachée à cette démarche, à laquelle elle sensibilise ses clients : « Je disperse le paillis généré par le broyeur dans mon jardin et entre les arbres. C’est notre façon de rendre à la nature ce qu’elle nous donne ». Les amis et la famille de John ont assisté à l’évolution du paysage au fil des années, à mesure que les oiseaux et les arbres endémiques se sont multipliés grâce aux soins apportés par John. Martin Vogel, Directeur général de Hansa, était enchanté de revoir un Chuck and Duck. « Je n’en ai pas cru mes yeux lorsqu’il nous a été confié pour un entretien. Je venais à peine de naître lorsque ce modèle a été fabriqué, et le fait que cet exemplaire soit toujours en état de fonctionnement rend véritablement hommage au talent de mon père. La machine trônera désormais dans notre nouvelle salle d’exposition. »